Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Commentaires d'évangile

28 sept. : « Un gramme d´action, ça vaut des tonnes de paroles » (Mt 21,28-

Dans les années 70 , accompagnateur de JOC à Bordeaux, j’ai été saisi par les paroles fortes de Tistou, un permanent du mouvement disant aux jocistes : « un gramme d’action, ça vaut des tonnes de paroles ». Ces paroles ne m’ont pas quitté depuis. C’est tout à fait ce que dit l’Evangile de ce jour. Qu’allez vous, qu’allons-nous en faire ?

On est souvent déçu en politique par des promesses non tenues et ça décrédibilise ceux qui les font. Et nous–mêmes nous ne valons pas mieux non plus ! C’est aussi mon cas ! Face à des demandes, des sollicitations, nous disons « Oui » et nous faisons « non ». Parfois aussi nous disons « non » et après réflexion nous disons « oui ». Or, c’est dans notre capacité à faire coïncider nos paroles et nos actes que réside notre accueil ou non de la Bonne Nouvelle.

C’est à cette réalité du « oui » et du « non » que s’est affronté Jésus. Le texte de l’Evangile que nous venons d’entendre se situe juste avant le récit de la Passion. Il va être confronté à un choix décisif. Avant de le vivre, il fait un retour sur sa mission, un bilan en quelque sorte. Que constate-t-il ?

Il fait d’abord le constat que ceux qui avaient tout pour dire et faire OUI , les pharisiens, les pratiquants de la religion ont répondu NON à l’invitation de Jésus à le suivre et à enter dans son mouvement. Ils avaient leur religion, leurs traditions. Ils n’ont ni bougé ni changé. Ils sont restés figés dans leurs manières de vivre et leurs certitudes.

Et le OUI en actes, le OUI véritable est venu de ceux qu’on n’attendait pas, les publicains, les prostituées, les pécheurs, des personnes méprisées dans la société. Et il le dit tout haut : « Ils arrivent avant vous dans le Royaume ». Dur à avaler pour ses auditeurs ; ça les met en rage ! et dur aussi à avaler pour nous en ce moment. Peut-être, ces paroles glissent-elles sur nous comme l’eau sur les plumes d’un canard !

Alors, que faire ? Il est encore temps de nous ressaisir ! En prenant la route de Jésus qui s’est fait l’humble serviteur de l’homme (2ème lecture). C’est la route que nous propose le synode diocésain de Créteil : « Prendre soin des autres », de tous les autres, nous faire proche de ceux qui souffrent de toutes sortes de manières. Autrement dit en rajouter une couche sur « mettre l’humain d’abord » dans nos relations avant toute autre considération. Attachons–nous à mettre en lumière tous les éclats de vie, tous les éclats des « Oui » à la vie dont nous sommes témoins. Ils sont peut-être plus nombreux qu’on ne le pense ces éclats de vie, ces éclats du « oui » à la vie et à Dieu. Je pense à ce bel appel des musulmans de France contre les horreurs commises au nom de l’Islam. Il faut le faire connaître largement de diverses manières, y compris par les réseaux sociaux. Je pense à cette dense et riche rencontre que j’ai vécue dimanche dernier à La Rochelle, à l’initiative des prêtres ouvriers de cette région en association avec une centaine de personnes. Que d’actes de fidélité à la vie, aux gens à longueur de vie, vécus dans l’humilité et la discrétion. Des éclats de « Oui » qui ont été lumière pour moi. Si nous nous y mettons, nous aussi, nous avons quelque chance d’arriver à temps dans l’espace du Royaume, sinon nous irons dans le mur. A nous de choisir.

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013