Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Commentaires d'évangile

15 août : Pourquoi Marie m'émerveille ?

statue de Marie à l'enfant en bois

Nous sommes fortement interpellés par le pape François, dans son exhortation apostolique « la joie de l’Evangile » : L’Eglise ne peut être l’Eglise du Christ que si elle sort d’elle-même pour rejoindre les « périphéries du monde », les lieux de fractures du l’humanité blessée, autrement dit elle doit être « l’Eglise de la sortie ». Et notre Eglise diocésaine (Créteil) se prépare à entrer en synode pendant deux ans, sur le thème : « Avec le Christ prenons soin les uns des autres pour porter à tous la joie de l’Evangile. »

Dans cette actualité de notre vie d’Eglise, Marie est notre guide. Regardons comment toute sa vie est une sortie d’elle-même vers les autres

Dès l’annonciation, elle accepte de répondre à un appel insolite, dérangeant dont elle ne sait pas où il va la conduire.

Lors de la visitation, elle accepte de s’engager sur des chemins pas sûrs, dans la montagne de Judée pour prendre soin de sa vieille cousine, enceinte sur le tard.

Lors du pèlerinage à Jérusalem, mêlée aux autres parents, elle est angoissée avec Joseph par la disparition de Jésus et se démène pour le chercher.

A Cana, elle est attentive aux domestiques chargés du service : elle voit tout de suite les besoins urgents et n’hésite pas à questionner son fils dont elle ne comprend pas la réponse. Mais elle ne lâche rien pour prendre soin des autres.

Au milieu de la foule des gens, elle reste anonyme, ne cherche pas à se faire remarquer mais vit simplement une profonde solidarité avec le peuple.

On ne la voit pas au Temple sauf lors de la présentation de Jésus qui était une obligation légale en même temps que religieuse.

Devant le Croix , elle est sur le lieu de l’humanité déchirée et broyée en la personne de son propre fils, et cela, au risque d’être montrée du doigt ou rejetée. Après la mort de Jésus, elle est en prière avec les apôtres désemparés.

Toute sa vie est une vie sans cesse ouverte, risquée, une vie tournée vers les autres en permanence et polarisée totalement par la suite de Jésus. Elle la figure vivante de notre Eglise en marche.

Marie est notre force. Elle peut décupler notre capacité d’émerveillement et nous donner le goût de mettre nos pas dans ceux de Jésus, pour être nous aussi l’Eglise « de la sortie » et entrer avec confiance dans le synode diocésain qui nous appellera à « prendre soin les uns des autes pour porter à tous la joie de l’Evangile »

Marcel Annequin, Assomption 2014

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013