Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Martin Quéré (1924 - 2014)

portrait de Martin Quéré alors jeune scolastique

Ils ne sont plus très nombreux, les Oblats partis de France pour la mission, et qui ont fait leur vie sur place sans guère revenir dans leur pays d'origine. Martin Quéré était de ceux-là.

Né dans le Finistère, à Plouguin, en 1924, il était entré chez les Oblats au début de la guerre, faisant son noviciat à Pontmain en 1941-1942, puis sa formation théologique au scolasticat de La Brosse. A ce titre, il avait fait partie de l'équipe oblate qui vécut les événements du 24 juillet 1944 et l'internat - heureusement momentanée - dans le camp de Compiègne.

En 1948, il reçoit son obédience pour le Sri Lanka, à l'époque Ceylan, avec sept autres Français : Marcel Ayrinhac, Jean Troncy, Jacques Rastoldo, Jean Haberstroh, Jean-Marie Couchouron, Georges Lorson et Victor Coupel

temple hindou à kandy
Temple hindou à Kandy
(photo : M. Quéré)

Martin s'était très tôt intéressé à l'île de Ceylan, notamment suite à une conférence donnée au juniorat OMI de Pontmain où il étudiait alors, par le P. Charles Soubry-Matthews, un Oblat franco-britannique alors recteur du St Patrick's College de Jaffna.

Martin partit donc pour Ceylan où il travailla tout d'abord en paroisse, à Negombo. C'était le temps des débuts et des apprentissages. En bon breton qui avait dû apprendre le français, il se mit avec la même ténacité et la même efficacité au cinghalais et au tamoul.

Très rapidement cependant, on lui demander de venir enseigner au séminaire St Bernard de Borella, l'introduction aux Ecritures, la patrologie et l'histoire des missions. Les évêques cinghalais et Rome venaient de demander aux Oblats de fonder et de prendre en charge le grand séminaire national de Kandy. il fallait donc constituer une équipe internationale. Martin Quéré fut appelé pour en faire partie, avec des Oblats comme Marius Bobichon et André Rebuffet, les uns et les autres soutenant des thèses en théologie pour avoir le niveau recquis. C'est ainsi que de 1955 à 1958, Martin prépara et soutint une thèse en histoire de l'Eglise à La Grégorienne sur le thème : "Mgr de Mazenod et les missions étrangères". Le chanoine Leflon devait s'en servir quelques années plus tard pour la rédaction de son troisième volume sur Eugène de Mazenod.

Désormais, sa vie allait se confondre avec celle du séminaire national de Kandy, enseignant des disciplines telles que l'histoire de l'Eglise et la patrologie, mais également l'islam, l'homilétique ou l'oecuménisme. Il fut l'un des seuls étrangers à pouvoir rester au grand séminaire national lorsque les Oblats durent quitter le pays.

une église et un grand bâtiment, le séminaire
Le grand séminaire national d'Ampitiya
(photo : M. Quéré)

En parallèle de son activité enseignante, il écrivit des ouvrages et des articles qui témoignent de sa passion et de sa grande connaissance pour ce pays devenu sien :

  • "Christianity in Sri Lanka under the Portuguese Padroado (1597-1658)", publié suite à un second doctorat soutenu à l'université de Peradeniya, faisant de lui une des plus hautes autorités sur l'histoire de l'Eglise au Sri Lanka.
  • "A History of the Missionary Oblates of M.I. in Sri Lanka, 1847-1947 " en deux volumes.
  • Travaux de recherches publiés dans des revues sri-lankaises et étrangères.

Missionnaire dans l'âme, cet intellectuel n'aura pas hésité à poursuivre continuellement sa formation pour mieux coller au pays dans lequel il avait été envoyé, apprenant l'Espagnol et le Portugais pour ses travaux d'histoire de l'Eglise. En finale de la présentation de sa thèse à l'université de Peradeniya, il avait tout de même noté : "Quand j'ai fait mes premiers pas dans la langue néerlandaise, avec l'idée que cela pourrait m'être utile pour mes recherches, j'ai rencontré mon Waterloo - je me suis souvenu que je n'étais plus un jeune homme" !!!

Martin Quéré il y a quelques années

Sa longue présence au séminaire national aura fait de lui une des figures marquantes de l'Eglise sri-lankaise, ayant vu passé dans ses cours la plupart des futurs évêques du pays.

En parallèle de son activité universitaire, Martin Quéré cultivait le goût du terrain, notamment comme aumônier des lépreux à Hekitta, ou comme aide à ses confrères européens durant les vacances dans les diocèses de Chilaw, Colombo et Jaffna.

Ce brillant parcours intellectuel ne lui aura pas fait "perdre le nord", tous s'accordant à lui reconnaître un naturel humble, doux et modeste. Retiré depuis plusieurs années, il vivait à la maison des anciens de Kohuwela, dans le district de Colombo.

Martin a été inhumé au séminaire national de Kandy, le 25 juin dernier

Bertrand Evelin

N.B.: un article paru dans le Daily News, journal national sri-lankais, évoque le jubilé de diamant de Martin en 2008. C'est en anglais...

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013