Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Allocution de M. Thierrot

député de la 3è circonscription de Seine-et-Marne

(à partir d’une prise de note non officielle)

Mes chers amis,

Il y a 75 ans, ce lieu, aujourd’hui de paix, était un lieu d’horreur et toutes les paroles que nous, les générations d’après, pouvons porter, ont quelque chose de dissonnant par rapport à la somme de souffrance et d’héroïsme qui s’est exprimée ici.

Je serai bref car tout le monde sait bien que les discours pour les morts sont des discours pour les vivants, et c’est d’abord aux morts qu’il faut penser en premier. J’ai eu la chance l’an dernier, que ma première sortie officielle comme député, ait été ici à La Brosse-Montceaux, et aussi longtemps que je serai député de cette circonscription, je m’efforcerai d’être là tous les 24 juillet parce que c’est un symbole extraordinairement fort : symbole de discernement, symbole d’unité, symbole de sacrifice.

Le discernement, ce sont les choix de conscience qu’ont eus à faire ces pères et frères Oblats qui avaient été formés, qui étaient habités par l’idée de la charité chrétienne, qui avaient des bouches faites pour enseigner, des mains faites pour bénir ; et qui se sont retrouvés emportés dans le fracs de l’histoire. Et il faut mesurer la quantité de questions, la quantité d’hésitations – et je salue Alain Drèze dans le formidable livre qu’il a fait sur les Oblats de la Brosse-Montceaux – les troubles de consciences qu’ils ont eus et qui, pour finir, les ont amenés à s’engager et accepter de participer aux opérations de la résistance et à cacher des armes.

Symbole d’unité. Leur passion pour la liberté les a fait rejoindre celles et ceux qui se sont engagés dans la Résistance. Cette passion réunissait ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n’y croyaient pas. Dans notre monde divisé, ce lien entre toutes les familles spirituelles de notre pays est absolument essentiel. Quelque part, le sacrifice de nos Oblats en témoigne aussi.

Enfin, mesurons ce qu’a été leur sacrifice. La décision qu’ils ont prise, que notre ami le maire de la commune a très bien rappelée en disant ce qu’a été leur souffrance et ce qu’a été leur silence – a été un choix d’aller jusqu’au bout. Ils se sont sacrifiés, reprenant cette phrase de l’évangile : il n’y a pas de plus beau geste que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. ans leur mort et leur sacrifice, ils ont finalement accompli le double idéal des Béatitudes et de notre République. Car, finalement, un des grands enseignements, de saint Paul est notamment de dire qu’il n’y a plus d’homme libre et d’esclave, il y a qu’un seul homme, universel. C’est au service de ce seul homme universel qu’ont été nos Oblats et je crois que cela nous engage tous, que les générations d’aujourd’hui et de demain. Des hommes sont morts pour cette fraternité. C’est ça que ces hommes, pères ou frères qui sont tombés ici, nous demandent maintenant : qu’as-tu fait de ton prochain ? Qu’as-tu fait du concitoyen de ton territoire ? Qu’as-tu pour la fraternité ? C’est à cela qu’il faut penser !

Jean-Louis Thierrotté de la 3è circonscription de Seine-et-Marne, M. Jean-Louis Thierrot (à partir d’une prise de note non officielle)

Contact Hébergeur : OVH © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013