Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Renaud Saliba

  1. L'expérience enseignante

Cette passion pour la Bible, tu as fait le choix de la transmettre, de la partager avec d’autres, comme professeur. Qu’en dis-tu après deux années d’expérience ?

Cela fait un bout de temps que j’ai envie de le faire. Avant même d’être religieux, j’avais eu des expériences de professeur, et cela m’avait motivé : transmettre une connaissance, chercher la pédagogie, m’avait intéressé. Alors, quand en plus, cela se déroule dans le cadre d’une faculté de théologie, cela décuple cet intérêt !

Qu’est-ce que je ressens ? D’abord un grand dynamisme. Cela avait été très important pour moi, essayer de trouver des activités dans lesquelles je sens que j’ai du dynamisme. Depuis trois ans, je travaille beaucoup l’exégèse, sans me fatiguer. Finalement, c’est presque un loisir que j’ai transformé en activité professionnelle ! Et voir que l’on peut aider chaque étudiant à commencer à lire… Je ne sais pas bien à quoi on les aide, mais quelque part, on ouvre pour eux des portes ; c’est satisfaisant. Mais je n’essaie pas trop de savoir ce qui se passe chez les étudiants ! Au départ, on veut avoir un retour. Maintenant, j’essaie de donner le meilleur de moi, ce que je pense qu’il faut faire pour chaque cours, mais je ne passe pas beaucoup de temps à me demander l’effet sur les étudiants ! C’est peut-être un tort, je ne sais pas ?

Quelque chose a marqué mon expérience missionnaire, les retours d’échos : sans le chercher, il nous est parfois donné un geste, une attitude ou une parole en retour d’écho, qui met en lumière que ce qu’on fait a bien un impact. On ne le cherche pas. C’est cadeau. As-tu des retours d’écho cadeau ?

Voir par exemple qu’on est bien accepté par l’équipe des professeurs. Et puis voir la confiance des étudiants, la bonne ambiance qu’on peut amener, toutes ces petites choses qui sont des signes comme quoi cela se passe bien. Par ailleurs, on me demande d’assurer un cours sur les Synoptiques, Matthieu, Marc et Luc. Je me suis dit : c’est une sacrée responsabilité quand même ! On est la personne qui va présenter ces trois évangiles à des personnes qui probablement, n’auront pas d’autres cours dessus ! Bon, il n’y a pas mort d’homme… mais quand même, si on nous le demande, c’est qu’on a confiance. Bon, tous ces petits signes…!

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013