Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Tchad

portrait de Mgr Bouchard

Le 25 septembre 2020, le Saint-Père a accepté la démission de Jean-Claude Bouchard, OMI, de la charge pastorale du diocèse de Pala (Tchad). Coïncidence, cette journée marquait également son 80e anniversaire.

Dans une circulaire aux amis, Jean-Claude donne de ses nouvelles et évoque son départ de Pala.


Pala le 14 mars 2021

Bien cher(e)s.

En suivant un peu les nouvelles par Internet, je vois que les vaccinations contre le coronavirus ont maintenant lieu, de façon inégale, dans les différents pays développés. Ici au Tchad il n'y a pas encore de vaccinations, excepté certains, comme le président de la république, qui seraient allés se faire vacciner en France. Heureusement que le virus n'a pas été trop méchant. Il y a de moins en moins de cas, les mesures de sécurité sont obligatoires, même si elles ne sont pas respectées par tous. À l'église le lavage des mains et le port du masque sont obligatoires. Nos cérémonies et réunions se déroulent à peu près normalement. Et si c'est vrai que le virus n'aime pas la chaleur, nous sommes prêts à l'accueillir ! En moins d'une semaine nous sommes passés de 36 à 41 degrés à l'ombre, température réelle. Au moment où j'écris, à 18h, il fait 35 degrés dans mon bureau.

À propos de mon départ du Tchad, je suis dans l'attente de mon successeur et en attendant je rends service dans l'administration, au niveau du diocèse mais même au niveau de la Conférence épiscopale. Par exemple, ils viennent de me demander de m'occuper des statuts de la Conférence qui sont à refaire. Je mets aussi de l'ordre dans mes écrits (on me les demande) et les classeurs de mon bureau. Je vais encore participer à la réunion des évêques en avril. Mais il ne faudrait pas que ça dure trop, car j'aurais besoin de vacances et, avec la chaleur, la fatigue ne va pas diminuer. À la nonciature ils disent qu'ils n'ont pas de nouvelles. C'est cela le plus difficile car on ne peut pas faire de projet. Mais d'un autre côté, plus on avance moins les voyages seront compliqués par les confinements.

Mgr Bouchard et quelques chrétiens et chrétiennes durant une célébration

Le 31 janvier, le diocèse m'a organisé une messe d'action de grâce. Trois autres évêques sont venus se joindre à nous. C'était bien joyeux malgré la triste situation du pays où l'on prépare actuellement des soi-disant élections présidentielles dont le résultat est connu d'avance. Mais si vous suivez les nouvelles, vous entendez qu'il y de plus en plus de réactions. Plusieurs candidats se sont d'ailleurs retirés, dont Saleh Kebsabo. Dommage qu'ils l'aient fait si tard, car ils sont inscrits sur les bulletins. Pendant que le clan au pouvoir et les affiliés exploitent le pays, que les fonctionnaires ne regardent que leur salaire (les enseignants sont encore en grève, l'année scolaire est foutue), le petit peuple, désabusé et fatigué de toute cette mascarade, se console comme il peut, surtout dans la boisson, quitte à ce que beaucoup gaspillent le peu qu'ils ont. II y aura même de la famine car les dernières récoltes n'ont pas été bonnes. Et c'est le moment des « levées de deuil » (durant le carême !). On dépense beaucoup pour les morts mais peu pour les vivants, ça fera d'autres morts !

Je vous laisse sur ces lignes. Je pense à vous durant ce temps de montée vers Pâques. Je vous embrasse chaudement. (je ne relis pas, il fait trop chaud !)

Jean-Claude Bouchard

Contact Hébergeur : OVH © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013