Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Joseph Sergent (1937-2016)

Jos célèbrant l'eucharistie

Joseph SERGENT est né le 2 mars 1937 à DOUARNENEZ, rue Monte au ciel. Son papa était marin pêcheur et sa maman travailleuse à l’usine des boites de sardines. C’étaient des "bonnets rouges" mais à l’usine on commençait le travail par une prière dite ensemble. Jos était fier de ses racines bretonnes, de son milieu de marin pécheur rude et simple, groupé autour de la petite église Sainte Hélène.

Vers 10 ans, il voulut devenir missionnaire et partit au juniorat de Pontmain pour y suivre ses études secondaires. Pendant les vacances il s’engageait sur un bateau comme matelot pour payer la pension du juniorat.



Au juniorat. Jos est à droite

A 19 ans, après un an de noviciat il faisait ses premiers vœux de religieux Oblat de Marie Immaculée. Il entreprit les 6 années d’études (philosophie et théologie) à Solignac, interrompues par le service militaire en Algérie ; il put choisir de devenir instituteur. Ce contact avec les enfants de l’Oranais et leur famille était un très beau souvenir de sa vie.

Le 5 avril 1964, il est ordonné prêtre à Solignac et le 12 juillet, il célèbre sa messe de prémices dans sa chère église Ste Hélène. Il reçoit sa feuille de route pour Léré au Tchad. Léré est la capitale du peuple Moundang. Là réside le Gong, le roi de tous les Moundangs du Tchad et du Cameroun. Jos va tout de suite se plonger dans l’étude la langue moundang, des coutumes, des mythes de leur tradition orale. Il profite de chercheurs présents à Léré, l’anthropologue ADLER et le linguiste HAJEJ. Jos va devenir une personne ressource (et fort discrète) dans le domaine de la culture et de la langue moundang, il va passer beaucoup de temps aux traductions de la Bible en langage simple, accessible à tous. Car c’est là le but dernier de ses travaux : que Jésus Christ soit annoncé.

Jos en Afrique assis au milieu des gens

De Léré il est envoyé à Torrock où il va rester 12 ans. C’est là qu’il sera choisi par ses pairs pour devenir administrateur du Diocèse lors du départ du Père DUPONT. Le nouvel évêque de Pala, le Père Jean-Claude BOUCHARD, le met à la tête du bureau diocésain d’action sociale et caritative ; il y restera 11 ans, de 1986 à 1997. Sans grand discours, grâce à sa relation simple et chaleureuse avec tous, il aidera les équipes pastorales à intégrer les nombreuses branches d’activité (puits, hygiène, santé, agriculture et élevage, enseignement, club d’épargne…) dans la pastorale d’évangélisation.

Il revient à Léré en 2002. Il est alors envoyé à Ndjaména fonder une paroisse nouvelle dans la banlieue Est. Il recommence à zéro : habitat précaire, connaissance du milieu, visites, formation des collaborateurs. Il envisage alors de rentrer en France, mais le Père Bouchard lui propose dc revenir à Torrock, qui est sans prêtre permanent. Il y restera 5 ans ; puis il revient en France en juin 2010. Il sentait que c’était le moment s’il voulait se réadapter et servir encore. De fait, il sera encore actif pendant 5 ans : à Ste Foy-lès-Lyon où il animera une maison d’accueil pour les jeunes et à la basilique de Fourvière pour les confessions et l’animation des messes. Il disait qu’il était dans un endroit magnifique pour annoncer l’Evangile. Mais la fin fut difficile : il se sentait épuisé. Cette sensation ne le quittera plus. Arrivé ici en été 2015, après son jubilé de 50 ans de sacerdoce célébré à sa chère Sainte Hélène de Douarnenez, nous l’avons vu décliner peu à peu. D’abord avec la canne anglaise, puis le déambulateur, de moins en moins loin, de plus en plus lent, puis les séjours à l’hôpital, à Fougères, à Rennes. En novembre, il a confié : « Je vois que je ne m’en sors pas, alors je me remets dans la volonté de Dieu ».

Partout où Jos passait il attirait la sympathie par son contact simple et joyeux. Il aimait et cultivait la fraternité. Les gens le sentaient et aimaient sa compagnie, jusqu’aux infirmières qui le soignaient. Je crois qu’au paradis il va encore mettre toute la cour céleste dans son cercle d’amis intimes.

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013