Warning: Unknown: Unable to allocate memory for pool. in Unknown on line 0 Oblats de Marie Immaculée - Province de France
Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Ils viennent de nous quitter...

André Ripoche (1932-2016)

portrait d'André Ripoche

Les obsèques d'André Ripoche auront lieu le mardi 29 mars 2016 à 14h30 à l'EHPAD Saint-François d'Assise, 10 rue Raymond, 69001 Lyon

André vient de nous quitter, au soir de la fête de Saint Joseph. J’ai passé chez-lui vers 16.00, il reposait calmement, respirait régulièrement. Il était arrivé au bout de sa course, et je pensais que le jour de Saint Joseph, patron de la bonne mort, pourrait être une bonne occasion pour migrer de cette terre vers la Patrie. Il me semble que j’en ai touché un mot à Saint Joseph lui-même… Et de fait vers 19.00 quand les aides-soignantes sont revenues pour l’installer pour la nuit, André n’était plus là ! 

André est né à Saint Maur des Fossés le 30 décembre 1932. Son papa Eugène était employé de banque et sa maman, Catherine Gaffney, irlandaise était mère de famille. Avec six garçons, et au moins une fille, elle devait avoir de quoi s’occuper. Ce devait être une maîtresse femme qui a fait de l’anglais la langue maternelle de la famille. André, ainsi que quelques autres frères ont passé trois ans à la manécanterie de Notre Dame de Paris. Il y avait un internat, et les classes sur place, ce qui leur permettait d’assurer le chant des célébrations. André avait une belle voix et il aimait chanter dans nos célébrations ici à l’Ehpad.

La grande affaire de sa jeunesse a été son service militaire dans la Marine, d’abord sur la ‘Jeanne’ et ensuite sur le ‘Richelieu’ ce qui lui a permis de faire le tour du monde. Il a été ‘aide secrétaire par essai’ puis interprète anglais. Il est resté ‘sous les drapeaux du 15 avril 1955 au 23 juin 1957, congédié régulièrement après deux ans, deux mois et huit jours’ comme dit le livret individuel de la Marine Nationale.

Auparavant, il avait fait son noviciat, le personnel de Rome indique ses premiers vœux au 08 septembre 1953, et l’ordination, le 24 septembre 1960. J’insère ici son curriculum vitae tel que le P. Courvoisier me l’a envoyé : « 21.5.1961 : première obédience pour le Cameroun-Tchad, en même temps qu’Yves Schaller et Jacques Brisson. Il est nommé à la cathédrale de Garoua dès son arrivée.

  • En 1981, le personnel de Rome le mentionne à Yaoundé.
  • En 1987, le personnel de Rome le mentionne à la cathédrale de Ngaoundéré.
  • De 1998 à 2003, le personnel de France le mentionne à Tahiti.
  • Obédience du Cameroun pour la province de France en date du 12.2.2005.
  • En 2005, le personnel de France le mentionne en Guyane, à Remire-Montjoly.
  • De retour en métropole, il est supérieur à Marseille-Ricard-Digne, installé le 9.7.2006.
  • De très sérieux ennuis de santé… hospitalisation, maison de rééducation, EHPAD en 2010.

    On reste dans l’approximatif, étant donné la variabilité des dates de publication des personnels ».

    Ces jalons nous donnent une idée de la vie missionnaire d’André. A l’Ehpad, il aimait échanger quelques mots en Ewondo avec une aide-soignante. Il aimait aussi qu’on l’habille dans les belles chemises fleuries de Polynésie, où il aura passé de belles années. Il ne parlait plus trop de sa vie passée. Chez-lui les souvenirs s’estompaient, la réalité présente était tellement autre et pesante. Le fait de ne plus maîtriser son temps, de ne pas bien savoir ce qui lui arrivait, était une bien dure épreuve. Si on lui demandait s’il voulait aller à la messe, il disait : « oui, si l’on m’y conduit.» Il était entré dans la grande dépendance, mais sans savoir pourquoi. Quand on le lui rappelait, il savait qu’il avait fait un AVC qui lui avait détruit le sens du temps et de l’orientation et progressivement aussi la vue qu’il avait pratiquement perdue. Mais il ne faisait plus les liens, l’AVC n’expliquait plus pour lui le pourquoi de sa situation. Il était là à subir et à attendre. Quand il a réalisé que vraiment il ne voyait plus, cela a encore augmenté son désarroi et ce que nous pouvions dire n’était souvent que bonnes paroles, on le comprend et combien ! Il y a aussi eu de bons moments, de belles rencontres, des visites qui lui ont fait du bien. Et puis il s’est apaisé, il se laissait faire et c’est ainsi que petit à petit, il a remis sa vie, en ce soir du 19 mars. Sa traversée s’achevait aux premières vêpres du dimanche des Rameaux ; Jésus l’a pris dans son cortège pour entrer avec lui, en la Jérusalem d’en-haut.

    Jean-Pierre Caloz

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013