Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Henri Chaigneau (1922-2015)

portrait d'Henri Chaigneau1946: le "frère" Henri Chaigneau
et Emile Le Hégarat
les "électriciens" de Solignac"

Le Père Henri CHAIGNEAU est né le 1er janvier 1922 à CHAVAGNES en PAILLERS (Vendée). Il est le deuxième d'une fratrie de 8 : 3 garçons, 5 filles. A 11 ans, en 1933, il entre au petit séminaire de CHAVAGNES. C'est au terme de ses études secondaires qu'il fait le choix des Oblats de Marie Immaculée. Il entre au noviciat, à Pontmain, en 1942, puis c'est le grand séminaire à SOLIGNAC en 1943. Il prononce ses vœux perpétuels en 1947 et est ordonné prêtre le 4 juillet 1948.

N'oublions pas  le contexte dans lequel il va vivre son ministère. C'est l'époque des grandes mutations et des changements, avec le Concile Vatican II.

Pour sa première obédience, en 1949, il reste à Solignac : non plus au séminaire mais à la paroisse. Il y restera 13 ans. Il est le vicaire du père FRITEAU, ayant plus spécialement en charge la paroisse de St JEAN LIGOURE.

Mais il s'investit aussi beaucoup dans l'école de Solignac et dans la construction d'une colonie de vacances à Notre-Dame des Monts (Vendée). Le car, qui avait été acheté d'occasion pour le transport du matériel de construction, va être réhabilité en car de ramassage scolaire pendant les mois d'école et il transportera 60 enfants pour la colonie de vacances en été.

Puis, de 1962 à 1969, il est envoyé au secteur pastoral de LORREZ le BOCAGE (Seine et Marne). Ils sont une équipe de 9 Oblats. Ils ont la charge de 3 paroisses : VOULX, LORREZ le BOCAGE et AIGREVILLE. Là aussi les chantiers ne vont pas manquer : estrade pour la kermesse paroissiale, électrification du presbytère, création de salles paroissiales, chauffage...

portrait d'Henri Chaigneau
Henri dans son atelier à ND de Sion

Alors qu'il vient d'être nommé au secteur de MARGUT - St WALFROY (Ardennes), il doit faire un long séjour à l'hôpital de La Salpétrière, à Paris : de novembre 1969 à mai 1970.

Enfin il peut rejoindre les Ardennes. Son ministère premier c'est le service pastoral de MARGUT avec ses cinq lieux de culte. Ce qui ne l'empêche pas de s'investir dans l'entretien de la maison à St Walfroy : alarme pour le musée missionnaire, chasse neige pour éviter la mésaventure de rester isoler pendant plusieurs semaines en hiver.

De 1980 à 1994, il est à N.D. de SION près de Nancy. Toujours le même emploi du temps : ministère paroissial dans les paroisses environnantes : CHAOUILLEY, VAUDÉMONT, ETREVAL, et plus tard THORET-LYAUTEY... et entretien de la maison.

Enfin, de 1994 à 2003, il est appelé au noviciat à MONS en BAROEUL (Nord). Les charges sont multiples : comptabilité de la maison, refaire toute l'électricité, aumônerie de 3 maisons de retraite, confesseur des Petites Sœurs des Pauvres à Roubaix, et initiation des novices au travail manuel : cela, il sait faire… Son séjour à MONS s'achève par un séjour à l'hôpital.

Est alors arrivé pour lui le temps de la retraite. Il est accueilli à PONTMAIN, à la maison des Oblats âgés.

portrait d'Henri Chaigneau

Quelques traits typiques de son parcours :

- C'était un manuel. Il aurait pu devenir un ingénieur. Tout au long de sa vie, il a montré qu'il en était capable. Au cours de sa vie il a entrepris beaucoup de chantiers, mais il en fait la remarque lui-même, ce ne fut jamais au détriment de son ministère. Tout ce qu'il a entrepris répondait à un besoin de la communauté oblate, de la communauté paroissiale ou des pauvres (l'aide apportée à un groupe de handicapés en Seine et Marne). Il s'agissait toujours de services à rendre.

- Il fut d'abord et avant tout un PASTEUR. C’est ce que lui a rappelé le père Jean GUEGUEN lors de ses 60 ans de sacerdoce en 2008, ici à Pontmain : je le cite :

" Henri tu as été consacré pasteur. Tu exerces la tâche du Christ serviteur. Tu présides l'eucharistie. Tu es père et docteur. Tu as mission de former les fidèles à une vie consciente et tu vis un service dont les exclus sont les bien-aimés de Dieu. Tout cela est dans le document conciliaire et aussi dans ta vie. "

- Il a toujours vécu en communauté et il y tenait. Quand il a été nommé dans les Ardennes il lui a été proposé de vivre au presbytère de Margut. Il s'y est refusé. Il a rejoint la communauté des Oblats à St Walfroy. Et il appréciait cette vie en communauté oblate ou pastorale. C'était vital pour lui.

- Sur les 54 années de sa vie pastorale, plus de la moitié, 28, il les a vécues en proximité avec les jeunes Oblats en formation. D'abord à Solignac puis en Seine et Marne avec la proximité du scolasticat et enfin à Mons en Barœul. Beaucoup de ces jeunes qu'il a côtoyés ont gardé un excellent souvenir de lui et de ce compagnonnage avec un ancien.

portrait d'Henri Chaigneau

- Enfin, impossible de faire l'impasse sur la croix. Elle a souvent été une compagne de vie comme en témoignent ses séjours à l'hôpital et à la maison des anciens. Mais la souffrance ne lui faisait pas peur. Quand il est parti pour la dernière fois à l'hôpital de Fougères il m'a dit tout simplement : « il y a quelques années que je n'ai plus été là-bas ».

- En communauté il fut un bon compagnon... et cela jusqu'au bout. Pour Noël il nous a demandé de boire le bon vin qu'il avait reçu d'un vieil ami de Margut.

Et voilà comment se termine une très longue vie missionnaire, par une œuvre de miséricorde, en l'Année Sainte de la Miséricorde.

Henri, nous te disons tous : A-DIEU.
Tu nous devances. Aide-nous à te rejoindre quand notre jour viendra.

Père Bernard NOYER
PONTMAIN le 27 décembre 2015

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013