Tous les articles
Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Semaines Sociales de France

  1. 2015 : une année-clé ! (Jean-Marie Collière)

durant une séance dans le grand amphi de l'UNESCO

Elles se sont tenues cette année les 2, 3 et 4 octobre dans les locaux de l'UNESCO.

Nous étions trois Oblats à participer à ces "Semaines" dont le thème était "Religions et cultures, ressources pour imaginer le monde". Nous étions plus de 2.000 participants répartis en quatre grandes salles avec tout un système d'écoute et de vidéo accessible à tous.

Il est bon de rappeler que l'année 2015 est une année-clé, avec la redéfinition des objectifs du millénaire, avec la conférence de Paris sur le climat et, en plus, la multiplication des conflits, des menaces terroristes toujours d'actualité. Alors, surgit la question sur les religions et sur leur sagesse culturelle. Quelle part apportent-elles à la mondialisation ?

Le premier jour fut consacré à un regard sur le monde avec quelques spécialistes comme Pascal Lamy et Patrick Viveret : le monde a pris conscience de ses limites, face au monopole de l'argent, où quelques riches sont de plus en plus riches et où tous les pauvres restent pauvres, face au réchauffement de la terre et à la montée des eaux. Une certaine conscience collective commence à se faire jour. "Il faut changer", "se convertir". Certaines organisations ont déjà pris ce nouveau chemin, en espérant que d'autres suivront. il a été évoqué la Chine qui commence à prendre conscience de sa responsabilité face à ses nuisances.

Face à la réalité tragique de ces événements, les religions avec leur sagesse culturelle ont-elles des directives, des orientations pour un nouveau développement, une autre manière de vivre ?

Le deuxième jour fut consacré à l'apport des cultures et des religions dans cette recherche. Les religions furent présentées par Bernard Perret comme sources d'espérance : l'espérance religieuse n'est-elle pas propre à ..., un engagement concret contre la peur ? Les références aux textes sur la création restent le lieu commun à cet apport.
Il nous a été présenté l'expérience d'associations qui allaient dans ce sens.
Au cours de l'après-midi, nous nous sommes répartis en une multitude d'ateliers de 6 à 8 personnes, qui sont en dialogue positif face à un nouvel avenir à construire.
Personnellement, j'étais dans celui d'ATD Quart-Monde avec au terme quelques résolutions et laisser personne de côté, considérer les personnes vivant dans la pauvreté comme de vrais partenaires, promouvoir une économie qui respecte les personnes et l'environnement.

Le troisième jour fut consacré à l'apport du pape François avec son "encyclique verte", dans cette recherche commune. Cette journée commença par une célébration oecuménique sur la création. Nous étions plus de 2.000 à y participer. Au terme de celle-ci, on avait distirbué un papier sur lequel chacun pouvait inscrire une intention individuelle d'engagement, pour sauvegarder la maison commune./p>

A écouter les différents intervenants, il est clair que le pape François a été lu et compris par beaucoup :

""La sauvegarde des écosystèmes suppose un regard qui aille au-delà de l’immédiat, car lorsqu’on cherche seulement un rendement économique rapide et facile, leur préservation n’intéresse réellement personne." (n°36)
"La contemplation de la création, nous permet de découvrir à travers chaque chose un enseignant que Dieu veut nous transmettre" (n° 85)

On a trouvé là dans cette troisième journée les lieux où chrétiens et non-chrétiens réagissent, imaginent, conçoivent et proposent à partir de l'encyclique verte./p>

Pour nous et nos communautés, reste à poser une résolution, un engagement individuel ou collectif, pour respecter la maison commune !

Jean-Marie Collière

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013