Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Charles Thirion (1922-2015)

portrait de Charles Thirion

Le Frère Charles Thirion, aîné d’une fratrie nombreuse de frères, est né à Thanvillé (67) le 4 août 1922. Très jeune il a senti en lui l’appel à une vocation religieuse et missionnaire. Il entra au noviciat de St Ulrich (57) des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée à l’âge de 17 ans, en 1939. C’est là qu’il prononça ses premiers vœux en1940. Peu après il y eut la déclaration de la 2ème guerre mondiale et la maison de St Ulrich fut réquisitionnée par les Allemands. Pères et Frères durent partir, d’abord à Lyon, puis a N.D. de Lumières (84), le scolasticat de la Province du Midi. Vers la fin de la guerre le Frère reçut une obédience pour Vico (en Corse). Après la guerre il revint dans sa Province d’origine, la Province de l’Est. Il fut affecté au juniorat de Burthecourt (57) où il prononça ses vœux perpétuels en 1946. En 1947 on l’appela pour la maison de Strasbourg où il resta jusqu’à sa mort, le 3 octobre 2015, exerçant le beau métier de jardinier avec compétence, amour, dévouement, cherchant sans cesse à se former. Il a été membre de la Confrérie des Jardiniers de la Robertsau, St Fiacre, participant à leur fête annuelle aussi longtemps qu’il le put.


Le couvent de Vico

Sur ce beau Métier de jardinier, je voudrais vous lire un texte d’un ancien élève de Strasbourg et d’Augny : « Frère Charles fut un grand professionnel du jardin du bon Dieu ! Longiligne comme des rames de haricots, une peau tannée à la couleur de la terre si soigneusement ensemencée, une volonté virile, frottée aux aléas des saisons, un jardinier secret d’une âme vouée au service de tous ses frères. Il est de la race de ces hommes qui ont fait notre admiration depuis notre jeunesse à l’instar de nos meilleurs professeurs ! » (Emile JUNCKER). Le 4 octobre un autre ancien élève écrivit au Supérieur de la maison de Strasbourg : « En ce jour de la fête de St François d’Assise, le St qui a aimé les fleurs et les animaux, ayons une pensée ou une prière pour ce Frère Oblat qui nous a tant donne durant notre jeunesse ».

Je ne peux que m’unir à ces éloges, vraiment mérités. Car sa vie d’Oblat de Marie Immaculée a été un exemple pour tous. Toujours régulier à tous les offices de la maison, bréviaire, messe et chapelet, toujours présent aux rencontres de la Communauté, même quand il entendait très mal. Il a toujours été solidaire de la vie communautaire. Ce fut un homme de prières, d’une foi profonde, tout donné au service de Dieu et de ses frères Oblats pour que ceux qui devaient sortir pour leur ministère puissent remplir leur mission. Il a tenu à se tenir au courant des évènements du monde d’aujourd’hui en lisant assidument « Le Pèlerin » et « L’Ami Hebdo ».

Qu’il me soit permis de rappeler une autre qualité de sa vie : sa capacité d’accueil ! Quand ii pouvait entretenir son grand jardin, de nombreuses personnes venaient acheter ses produits. Il leur a toujours réservé un accueil chaleureux, des mots aimables et, en cela aussi, ii a été un témoin contagieux de la vie religieuse Un témoin heureux i. Une de ses dernières volontés a été le souhait d’être enterré à N.D. de Neunkirch, pèlerinage qui lui tenait à cœur. Aujourd’hui le Seigneur l’accueille chez lui : « Bon et fidèle serviteur, entredlans la joie de ton Maitre ».

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013