Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Congrès Oblat International

  1. Jeudi : Quand le charisme oblat est partagé


Mary Tyrrell durant son topo

Grand moment que cette 3è matinée du congrès local romain. En effet, en parallèle du congrès international qui se déroule chaque jour de 14h00 à 17h00 (heure européenne, soit tard le soir pour Colombo et Manille, et tôt le matin pour Mexico et San Antonio), chaque région organise son propre congrès. Ainsi, pour la région ouest Europe réunie à Rome, les 4 matinées conjuguent différentes recherches autour du charisme : le charisme dans les études oblates, le charisme oblat dans notre formation, le charisme oblat dans la famille mazenodienne, le charisme oblat dans le contexte européen

A titre de mise en apéritif et dans l'attente de la publication des actes du congrès, je souhaite revenir sur la belle matinée vécue aujourd'hui. Il s'agissait de réfléchir sur le charisme tel que vécu dans la famille mazenodienne. Trois femmes sont intervenues :

Ileana Chinnici, coopératrice oblate missionnaire de l'immaculée (COMI), habite à Palerme. Elle est intervenue sur le thème : "Le génie féminin et le charisme oblat".

Mary Tyrrell, une femme anglaise mariée et vivant à Liverpool, est laïque associée aux Oblats. Son intervention portait sur : "Vivre le rêve de St Eugène aujourd'hui".

Enfin, Immaculada Pérez Castillo, de la congrégation des Oblatas de Maria Immaculada à Madrid, nous a présenté l'histoire et l'actualité de la jeune congrégation dont elle est membre.


Ileana répond aux nombreuses questions
que son topo a suscitées

Disons-le tout net, un moment de grâce a soufflé dans l'assistance durant cette matinée. Nous avons clairement pris conscience du fait que le charisme oblat ne peut définitivement pas être pensé de manière isolée par des religieux, prêtres ou frères, mâles de surcroît. D'autres formes de vie (laïque, vie consacrée, vie religieuse) s'y intéresse en y apportant leur propre intelligence. C'est donc un appel à de larges déploiements et à des collaborations enthousiastes que les trois interventions et les questions qui ont suivi nous ont orientés.

Pour donner une idée de ce que nous avons entendu, je reprendrai un passage de la conférence d'Ileana. Elle a repris le fameux "sermon de la Madeleine" en se demandant ce qu'aurait donné un tel sermon aux femmes d'aujourd'hui. Cela donne quelque chose comme suit :

Femmes, qu'êtes-vous aux yeux du monde ? Vous êtes une classe de personnes commercialisées, estimées seulement pour votre sexe, souvent même exposées aux mauvais traitements des mains de partenaires demandeurs et parfois cruels, qui pensent qu'ils ont acheté le droit de vous traiter avec humiliation et violence avec l'amour dérisoire qu'ils vous donnent. Vous êtes évaluées pour votre apparence, pour votre corps : si vous êtes séduisantes et sexuellement faciles, vous pouvez espérer avoir une carrière ou gagner de l'argent, autrement vous devrez accepter des emplois inutiles et mal payés. Voilà ce que pense le monde.

Et vous, salariées temporaires, travailleuses occasionnelles, qu'êtes-vous aux yeux du monde ? Une classe de personnes non protégées, des oisives incapables de sortir du rang qui parasitent leurs parents. Vous n'avez droit à aucun avenir, vous êtes condamnées à n'avoir aucune perspective. Personne ne veut vous assurer un poste, vous êtes obligées d'aller à l'étranger pour chercher un travail.

Maintenant, il est temps pour nous de vous dire avec St Eugène : Venez et apprenez de nous ce que vous êtes aux yeux de la foi.

Femmes, femmes exploitées, vous toutes qui êtes privées de dignité, mes soeurs, mes chères soeurs, mes respectables soeurs, écoutez-moi.

Vous êtes les filles bien-aimées de Dieu, ses merveilleuses coopératrices dans la défense de la vie, dans la promotion humaine, dans le soin apporté à ses créatures, dans la diffusion de sa tendresse, dans. la révélation de sa beauté et de son amour maternel.

Et vous, frères et soeurs qui êtes en recherche d'emploi, vous qui avez été renvoyés, ouvriers sur l'indemnité de licenciement, vous mes amis désespérés et découragés, vous êtes les enfants bien-aimés de Dieu, vous êtes des personnes de valeur, vous êtes précieux aux yeux de Dieu. Il vous a donné vos talents et beaucoup de capacités humaines, vous avez des compétences, vous avez la dignité la plus haute.

Dieu seul est digne de votre âme, Dieu seul peut satisfaire votre coeur.

Ileana discute avec quelques jeunes oblats

S'exprimant à partir d'un contexte sans doute très italien, Ileana a poursuivi en disant que les femmes laïques qui partagent le charisme oblat sont appelées à annoncer la haute dignité de la personne humaine en toutes situations, non pas en prêchant (comme les Oblats) mais en partageant les conditions de ceux et celles vers qui nous sommes envoyés. Le monde féminin et le monde du travail sont deux contextes que l'action missionnaire des Oblats ne peut pas rejoindre directement. Il y en a beaucoup d'autres, a-t-elle ajouté : les familles brisées, les personnes malades. Nous avons souvent de telles situations dans nos relations amicales, familiales, parmi nos collègues de travail. Nous sommes appelé parfois à soutenir, réconforter, assister ces personnes, nous tenir proches d'elles, les aidant à devenir conscientes de leur dignité.

Mary discute avec un jeune Oblat camerounais

Mary, quant à elle, a grandi dans une paroisse oblate de Liverpool. Depuis qu'elle est devenue plus proche du charisme oblat, elle a pris conscience du fait qu'elle a toujours été oblate : "Je sais aujourd'hui que si je n'avais pas eu la bonne fortune de vivre dans une paroisse oblate, j'aurais eu à trouver une paroisse oblate quelque part afin de me sentir chez moi". Elle a exprimé le projet d'Eugène en termes de rêve : "La gloire de Dieu, le bien de l'Eglise et la sanctification des âmes" ont toujours été des forces d'incitation pour Eugène dans sa quête pour aider les autres à partager cette expérience du Sauveur qu'il avait eu un "vendredi saint". Mais quand il a réalisé qu'il ne pourrait y arriver tout seul, il a suscité un petit groupe de prêtres qui partageait son point de vue. C'est ainsi que je regarde le rêve d'Eugène : une vie vécue, quand c'est possible, avec d'autres individus qui partagent ce point de vue, qui sont engagés pour la prière, l'étude et l'amitié et qui partagent le désir suprême de rejoindre celles et ceux qui sont rejetés par les structures plus formelles de l'Eglise ou de la société.

Enfin, Immaculada a présenté la jeune Congrégation des "Oblatas", démarrée en 1997 sous l'impulsion de 9 jeunes femmes inspirées par les Constitutions et Règles OMI, approuvée par l'archevêque de Madrid en 2001. Elles sont aujourd'hui 21 soeurs de différentes nations, présentes pour l'instant surtout en Espagne.

Mary et Ileana discutent avec Immaculada

Elles reprennent la Préface et les premiers articles des CC&RR des Oblats avec le sentiment que la situation que décrit Eugène ressemblent à celle dans laquelle elles vivent aujourd'hui en Espagne : beaucoup de défis liés à la religion et à la société, beaucoup de problèmes idéologiques, de difficultés familiales, sans compter la question des jeunes...! Leur mission va donc tout spécialement vers ceux dont la condition crie leur besoin de salut et vers l'espérance que seul Jésus-Christ peut pleinement apporter.

Très concrètement, après une mission paroissiale en 2007 avec la famille oblate, elles ont ouvert une communauté missionnaire près de Gibraltar, un lieu de grande pauvreté matériel, humaine et spirituelle. Elles travaillent également dans des paroisses, ainsi qu'avec le diocèse de Tanger et avec des associations marocaines. Et cet été, à la suite des voeux perpétuels d'une soeur péruvienne, elles animeront une mission à Cajamarca, au Pérou, là où les sectes sont très présentes et très actives.

Bertrand Evelin

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013