Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Le grain de blé devient moisson

des jeunes portent une structure gonflable géante représentant le globe terrestre

Cette courte homélie veut simplement nous aider à accueillir la parole de la partenaire du CCFD, venant du Pérou, qui va orienter notre regard vers les zones de l’humanité blessée par le règne de l’argent et de ceux qui le servent.

Incitation à regarder le monde avec lucidité sans concession et sans couvrir d’un voile pudique et religieux le tragique du monde. « Le vieux monde se meurt, le nouveau tarde à apparaître, et dans ce clair-obscur surgissent des monstres », comme nous en avons eu la manifestation dans les événements de janvier, dans l’anéantissement d’oeuvres d’art multimillénaires comme si on voulait faire table rase de ce que l’humanité porte de meilleur, comme nous en avons la manifestation dans le scandale de la faim, dans le meurtre mondialisé commis par Daesh et autres entreprises meurtrières.

Oui, nous vivons aujourd’hui même le surgissement des monstres, ces phénomènes morbides des temps de transition et d’incertitude. Mais s’indigner ne suffit pas. L’Evangile nous dit que ce temps des monstres peut cacher le minuscule grain de blé tombé en terre et peut être le temps de la germination du meilleur.

une affiche du CCFD

Prenons résolument le parti de regarder l’aurore qui pointe et où le Christ trace le chemin de sa glorification au delà de la mort. Il tient à nous de faire en sorte que dans ce clair-obscur, il y ait pas que des monstres, mais des mobilisations démocratiques comme celle d’aller voter parce que c’est notre devoir de citoyen .Qu’il y ait des sursauts de dignité comme l’initiative du collectif des morts de la rue dont le journal La Croix publie la longue liste de 480 noms : manière de faire jaillir de cette monstruosité de la mort dans la rue dans un pays riche, l’eau vive au-delà du néant dans lequel on les a enfermés.

Sursaut de fraternité face aux discours et comportements racistes, xénophobes ou cherchant à faire une sorte de tri entre Français et étrangers comme si nous n’étions pas tous des humains, frères humains à égalité de droits et de devoirs, en prétendant à une préférence nationale, facteur de division.

Sursaut d’ouverture et de solidarité internationale en ce jour hautement symbolique du CCFD, avec la collecte nationale. Sursaut de reconnaissance mutuelle, de reconnaissance de l’autre qui vient d’ailleurs en nous laissant nourrir et interpeler par une parole qui nous vient du Pérou.

Marcel Annequin

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013