Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Albert Domergue (1921 - 2014)

portrait du Frère André Domergue

"Doudou" pour les intimes...!

Le 12 novembre 2014, vers une heure et demi du matin, Doudou terminait son parcours d´ici bas. Il avait eu un refroidissement, une petite semaine auparavant et depuis, il ne se sentait plus très bien. Le dimanche 9, il est encore venu à la messe de 10h45, mais il marchait difficilement et il n´est pas descendu à la salle à manger. Le 11 novembre, ça n´allait plus du tout. Le Samu est venu et ils ont décidé de le prendre aux urgences, à l´hôpital de la Croix Rousse. Tout semblait se dérouler normalement et puis... cet arrêt cardiaque qui devait mettre fin à son séjour parmi nous.

Ces dernières années, Doudou a mené une vie monastique. Avec ses deux cannes anglaises, il a marqué la maison, il faisait partie du paysage. Il aimait taquiner, il saluait tout le monde, il s´occupait de notre courrier. Fidèle à l´Eucharistie quotidienne, il était à la chapelle longtemps avant la messe. Il priait le chapelet de Lourdes avec KTO, il recevait de nombreux téléphones des communautés ou des gens de Sainte Foy qu´il avait connus, au temps de l´Ecole franco-canadienne. Il avait aussi sa famille et ses amis qu´il entretenait fidèlement.

le Frère André Domergue sur son tracteur

Doudou est né à Mende, le 14 février 1921, il était donc dans sa 94e année. Il n´était pas bavard sur son enfance et sa famille. Il entre encore jeune chez les Oblats, et la formation, en ce temps là, était rapide, si bien qu´il va se retrouver, tout jeune, à la tête de la ferme du juniorat de Sainte Foy. Chef d´exploitation, en pleine guerre... « temps des restrictions et donc des privations... ». Il fallait nourrir toute cette jeunesse et la grande communauté. Qu´elle gageure ! « Les frères Domergue et Saint Jean... ont sillonné monts et vallées de la campagne lyonnaise et d´autres lieux pour que les enfants ne manquent de rien, pour qu´ils ne souffrent pas de la faim et des restrictions. Les frères, au sens fort du terme, ont donné force, sens et actualité au `donne-nous aujourd´hui notre pain de ce jour´ Et ils ont réussi, On ne leur en saura jamais assez gré... » (Arsène Perbost)


Le Christ briseur de colonnes...!

Dans les années 70, l´École franco-canadienne ferme, Doudou se retrouve alors disponible pour de nouveaux services, et il deviendra le transporteur universel qui rendait service à tout le monde, à la Procure des Missions à Marseille, avec le P. Jules Monachon, à Lumières où il allait régulièrement pour donner un coup de main. Il était presque de tous les déménagements. C´est au cours de ces travaux qu´un jour, en emballant un Christ monumental pour la Province du Cameroun, un manque de coordination avec son collaborateur a fait que tout le poids de l´oeuvre est arrivé sur lui et a endommagé sa colonne. Ce sera le début de son handicap, auquel s´ajouteront quelques autres chutes, d´où les cannes anglaises qui resteront célèbres à Saint François.

Pour conclure, je redonne la parole à Arsène Perbost, dans un texte, lors d´un anniversaire de Doudou en 2012 (extraits) « ... La Congrégation ne serait pas ce qu´elle est sans la présence des frères, tels que Doudou. Doudou est un homme au grand coeur, il fait partie du monde des humbles, de ceux qui, à l´image de leur maître et Seigneur, ont choisi la dernière place. C´est un ami des premiers jours, puisque je l´ai rencontré dès mon plus jeune âge, à l´Ecole Franco-canadienne. Comme nombre de frères de sa génération il a fait `vivre´ les maisons où il est passé et où il passe. »

« Bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton Maître. »

André Marion

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013