Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Commentaires d'évangile

5 Oct. : Quelle sortie de crise ?

27è dimanche A : Isaïe 5,1-7 ; Matthieu 21,33-43

D’après ce que nous venons d’entendre, Dieu est déçu par son peuple. Il est en colère. « Je vais vous apprendre ce que je vais faire de ma vigne : enlever sa clôture pour qu’elle soit dévorée par les animaux, ouvrir une brèche dans son mur pour qu’elle soit piétinée ; elle ne sera ni taillée ni sarclée ; il y poussera des épines et des ronces . Et la vigne du Seigneur de l’univers, c’est la maison d’Israël. Il en attendait la justice et le droit, et voici l’iniquité »(Isaïe). Cette vigne, c’est le peuple, l’humanité, c’est nous. Et dans l’Evangile, il en rajoute une couche avec la parabole. Il envoie des prophètes : ils sont maltraités ; ils se font jeter. Pire encore, il envoie son fils et lui, est carrément assassiné. Voilà notre humanité symbolisée par la vigne. Cette vigne, c’est nous. C’est nous qui l’avons en charge. Et le résultat n’est pas brillant : Injustice : la justice est dévorée par des profiteurs qui font un petit « livre jaune » pour dire comment ils veulent encore ponctionner les plus démunis et faire une nouvelle « casse sociale ». Barbarie du Quaesh et autres barbares. Au quotidien : indifférence de plus en plus accentuée aux voisins, aux plus petits, à ceux qui ne pensent pas et ne vivent pas comme nous. « Nous-mêmes, presque sans nous en apercevoir, nous devenons incapables d’éprouver de la compassion devant le cri de douleur des autres, leur prêter attention ne nous intéresse pas » (La joie de l’Evangile n° 54)

Alors, nous- mêmes, où sommes-nous positionnés dans la vigne : en gaspillons-nous les fruits ? sommes-nous du côté des prédateurs plus ou moins voraces ? du côté des profiteurs ?sommes-nous indifférents ? sommes-nous du côté de la pierre angulaire ? Si nous ne la prenons pas sérieusement en charge, notre humanité, notre citoyenneté symbolisée par cette vigne, Dieu ira voir ailleurs : « Le Royaume nous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit. »

Alors, d’où va venir l’issue ? D’où va venir l’espérance ? C’est la grande question à laquelle nous sommes chacun et chacune confrontés.

L’Evangile nous appelle à tourner notre regard vers « la pierre qu’on rejetée les bâtisseurs et qui est devenue la pierre angulaire ». Et l’Evangile nous fait comprendre que cette pierre angulaire qui soutient tout l’édifice , l’humanité et l’Eglise, c’est un homme pendu sur une Croix. Manière de dire de quel côté il faut tourner notre regard pour trouver le chemin de l’espérance et le devenir nous-mêmes. Où voyons- nous la pierre rejetée par les bâtisseurs qui devient une pierre d’angle comme Xt ? chez quelques prophètes des temps modernes , Nelson Mandela, Dietrich Bonhoeffer, Martin Luther King, mère Theresa. Nous ne pouvons peut-être pas les imiter mais nous pouvons nous en inspirer. Où la voyons-nous cette pierre angulaire dans le monde qui est le nôtre ? Elle est dans tous ceux qui prennent des risques parfois énormes pour l’humanité, la justice et la dignité comme ces soignants de « Médecins sans frontières » en Afrique de l’Ouest pour faire face au virus Ebola. Elle est chez les gens qui ne baissent pas les bras quand il s’agit, contre vents et marées, de défendre la dignité, le respect des plus démunis. En connaissons- nous peut-être ? « Il faut lutter pour vivre et souvent pour vivre avec un peu de dignité » ( La joie de l’Evangile n° 52) Cette pierre angulaire, elle est chez les gens qui agissent pour le respect de la personne humaine dans la discrétion, l’humilité et chez lesquels nous pouvons reconnaître le signe de la Croix du Christ, qu’ils soient chrétiens ou non. Il nous faut comprendre ainsi le thème du synode diocésain : « Avec le Christ, prenons soin des autres ».

Cette Parole de Dieu d’aujourd’hui devrait fonctionner en nous comme une épée tranchante qui met à nu le fond de notre cœur ? Elle nous appelle à un regard sans concession sur notre vie. Comment en sortirons – nous ? La réponse sera dans notre conversion radicale ou bien l’Evangile ne sera pas entré en nous.

Marcel Annequin

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013