Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Louis Gouraud (1927 - 2014)

Le noviciat de la Brosse-Montceaux
Le noviciat de La Brosse-Montceaux
des jeunes Oblats le jour de leur ordination dans les années 50
Ordinations à Solignac dans les années 50

Louis Gouraud est né le 22 mars 1927 à La Verrie, en Vendée. Après l'école primaire, Louis, comme de nombreux jeunes en Vendée à cette époque-là, est entré au Petit Séminaire de CHAVAGNES-en-PAILLERS. Les familles chrétiennes, les prêtres, les paroisses avaient alors le souci constant d'éveiller des vocations chez les jeunes enfants.

C'est en fin d'études au Petit Séminaire qu'il choisit alors de s'orienter vers les Oblats ; il est entré au noviciat de La BROSSE-MONTCEAUX, en Seine-et-Marne, le 25 août 1947. Il y a prononcé ses premiers voeux le 8 septembre 1948. Il a rejoint aussitôt le scolasticat à SOLIGNAC, en Haute-Vienne, et y est resté jusqu'en 1955. Il y a prononcé ses voeux perpétuels au printemps 1952. Le 4 juillet 1954 il y a reçu son ordination presbytérale.

Louis a exercé tout son ministère en France. De 1955 à 1962 à MONS-en- BAROEUL, dans le Nord, pour des missions paroissiales.

Puis ce sera un long séjour en LIMOUSIN : d'abord, de 1962 à 1969, au GRAND-BOURG, en Creuse. De 1969 à 1988 ce sera AMBAZAC, ministère comme prêtre-ouvrier et en paroisse. A cette époque il est atteint par la silicose, comme beaucoup de ses compagnons de travail. Il rejoint alors la communauté de SOLIGNAC, et il est au service de la paroisse, de 1988 à 1995. A cette époque, en plus de la silicose, un ulcère à l'estomac le fragilise.

A Pontmain on cherche un supérieur de communauté. Il ne refuse pas l'obédience, malgré une santé branlante. Il rejoint Pontmain en 1995. La responsabilité de la charge et la mauvaise santé, un cancer à l'estomac, l'oblige à renoncer.

C'est alors de longs et pénibles séjours dans les hôpitaux de Rennes et de Fougères. « Je pensais bien ne pas pouvoir m'en sortir » a dit souvent Louis. Le courage, la ténacité, et un sens aigu de la confiance en Dieu lui font traverser ce « Golgotha » avec sourire. Mais ce n'est pas tout. Plusieurs pneumothorax lui coupent littéralement le souffle. On voit alors Louis maigrir à vue d'oeil, mais le sourire est toujours là.

« Lourdes-Cancer -Espérance », c'est pour lui une seconde communauté. Il sait alors consoler, communiquer sa sérénité. Il s'y fait de nombreux amis. Derrière ce sourire constant on sent chez Louis une grande fermeté, un désir de grandir. A plusieurs de ses amis il a confié que les maladies qu'il a dû traverser l'ont « littéralement » converti. Il a toujours cherché à être « autonome », jusqu'à la cassure du fémur. Ne pouvant plus s'exprimer oralement ces deux ou trois derniers jours, il a alors exprimé ses désirs sur papier, avec sa belle écriture.

Il a fait sa Pâque le 2 juin au matin. « Viens, bon et fidèle serviteur ! » lui a certainement dit son Seigneur.

André Marion

André Marion
Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013