Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Noël Tenaud (1904-1961)

Le dernier voyage

Le P. Tinh à l'endroit de l'embuscade de 1961.
Le P. Tinh à l'endroit de l'embuscade de 1961.

En avril 1961, Noël Tenaud part avec son fidèle catéchiste Outhay et un tout jeune chrétien de Pongkiou, sourd-muet, pour une tournée des villages de catéchumènes qui lui étaient confiés. En même temps, la guérilla entamait une avance-éclair, au cours de laquelle elle allait s´emparer de tout ce secteur.

Il s´arrête au passage au camp de Seno (Xenô) ; les militaires français l´avertissent qu´une attaque nord-vietnamienne se prépare sur la zone où il devait se rendre et lui déconseillent formellement de poursuivre. Plus loin sur la route, un pasteur protestant qui rentrait de Xepone lui confirme la mauvaise nouvelle. Le Père Tenaud poursuit malgré tout son périple, et arrive dans le secteur de l´offensive ; finalement il rebrousse chemin. Mais la route du retour avait été coupée au-delà de Phalane, à une cinquantaine de kilomètres de Savannakhet.

Les trois voyageurs se réfugient alors dans un village en retrait de la route. Trahis par les villageois, il sont arrêtés par les soldats nord-vietnamiens, qui leur enjoignent de retourner à Phalane. Sur le chemin entre Muang Phine et Phalane, ils tombent dans une embuscade : des Vietnamiens sont tués, le Père est blessé au jarret, le catéchiste Outhay au cou. On les ramène à Phalane, où l´administration provisoire vient d´être mise en place. Ils y sont soignés durant huit jours et se remettent de leurs blessures. Le gamin sourd-muet est relâché ; c´est lui qui rapportera la nouvelle des événements.

La semaine achevée, le Père Tenaud demande à l´administration provisoire établie dans la zone « libérée » de pouvoir rentrer à Savannakhet avec Outhay. Des témoins les voient sortir du bureau de l´administration et se mettre en route à pied, accompagnés d´un peloton de soldats. On ne les a jamais vus revenir à Phalane, et on ne les a jamais vus arriver à Savannakhet. Des bruits alarmants circulèrent tout de suite sur leur compte. La maison du Père Tenaud à Phalane fut pillée de fond en comble et criblée de balles ; sa voiture fut retrouvée complètement détruite. Quelqu´un déclarera avoir vu sa tombe.

En 1963 des témoignages très divers permirent de conclure avec certitude que, ayant donné sa vie pour la mission, Noël Tenaud était retourné vers le Père. Son décès a alors été enregistré par la Société des Missions Étrangères à la date fictive du 15 décembre 1962. Cette date a toutefois été rectifiée par la suite : un avis officiel de l´ambassade de France au Laos, daté du 19 avril 1967, la fixe définitivement au 27 avril 1961.

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013