Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Noël Tenaud (1904-1961)

Portrait d'un missionnaire

portrait de Noël Tenaud, avec sa grande barbe...
L'église restaurée de Pong Kiou (2007)

Dans les dernières années de sa vie, après l´indépendance totale du Laos et la reconnaissance internationale du pays, dégagé de ses propres responsabilités sur l´ensemble de la mission, Noël Tenaud fut un missionnaire de base particulièrement dynamique et apprécié. À Thakhek il était connu pour rechercher dans toute la ville, au cours de ses fréquents passages, les chrétiens sortis des villages et perdus au milieu de la population urbaine.

Dans son texte de 1946 déjà cité, le Père Marcel Denis évoque son confrère et mentor :

"Partons pour le village du Père Tenaud, Pong Kiou... Le Père cause avec tout le monde, fait rire tout le monde. Il a ses gens bien en main ; il est le grand maître dans toute la région, et il s´impose même chez les païens... Un fameux missionnaire que le Père Tenaud. C´est un Vendéen ; énorme barbe noire, visage bronzé, toujours pieds nus, un chapeau militaire sur la tête. Avec le Père Dézavelle, c´est le plus grand blagueur. Mais à le fréquenter on voit vite quel bon sens, quelle foi, quelle largeur d´esprit et dévouement l´animent. Il a la sympathie de tous ses paroissiens et de tous les villages environnants... Il sait leur « passer un savon » sans se les aliéner, et après une bonne ballade, l´entretien se termine par de bonnes blagues qui font avaler la pilule. Des païens insultent-ils des chrétiens parce que chrétiens ? Le différend est vite réglé, et les coupables font des excuses et paient une jarre qui réconcilie offensés et offenseurs, sous le regard du Père qui met tout le monde à l´aise."

De nombreuses années plus tard, Mgr Urkia témoigne :

"Le Père Tenaud était un vrai, un très bon missionnaire. Il était assez exigeant pour ses chrétiens, et il avait un grand amour en particulier pour les non-chrétiens. Il était profondément préoccupé des catéchumènes, ou plus simplement des Laotiens qui avaient montré quelque désir de connaître la foi chrétienne. À l´époque de sa mort, il ne supportait pas de les voir délaissés, abandonnés, à cause de l´insécurité qui rendait les voyages dangereux. Il a voulu à tout prix partir à leur rencontre, malgré le danger."

Mgr Bach complète : "Le Père Tenaud avait une foi solide. Il était cependant un peu fanfaron, il aimait se montrer... mais il était aussi très courageux." Marcel Vignalet, m.e.p., évoque simplement l´amitié vraie dont Noël témoignait envers ses confrères missionnaires plus jeunes.

Selon un témoin laotien, qui fut à Pongkiou un de ses catéchistes débutants, le Père Tenaud était aimé des gens parce qu´il excellait à les soigner. Ses connaissances médicales étaient bonnes. Ses jeunes collaborateurs avaient un peu peur de lui : en effet, il était très strict sur la discipline et les horaires, un peu à la manière militaire, et pouvait à l´occasion parler durement. Il ne cherchait pas à être populaire.

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013