Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Louis Leroy (1923-1961)

  1. Lettre aux carmélites de Limoges (1959)

groupe de missionnaires Oblats dans les années 50 au Laos

[...] Disposant d´un peu de temps libre aujourd´hui, ce qui n´arrive pas souvent, je viens vous donner quelques nouvelles de moi et de mon secteur.

Probablement, par la radio et les journaux vous avez entendu parler des événements qui se déroulent au Laos. Présentement, autant qu´on peut juger, c´est plutôt calme ; dans mon village, une fois, il est passé environ sept cents soldats ; ils ne m´ont rien dit, ni à la population. Pour l´avenir, nous ne savons rien, aussi nous agissons comme par le passé, faisant confiance au Bon Dieu.

Pour moi, le moral est excellent, je suis très heureux de ma dure mais splendide vie missionnaire. Mes voeux d´autrefois, par rapport à la vie missionnaire en brousse, sont pleinement exaucés. Au point de vue apostolat, j´ai du beau travail à accomplir. Au cours de l´année écoulée, j´ai distribué plus de 4 000 communions, entendu plus de 2 000 confessions, 19 baptêmes, ce nombre sera de beaucoup supérieur l´an prochain car, actuellement, j´instruis 70 catéchumènes, dont la majorité pourra être baptisée vers Pâques 1960.

Est-ce à dire que tout est parfait ? - Certainement pas. Dernièrement, une chrétienne apostate a laissé mourir sans baptême son bébé de 10 mois. Un chrétien apostat s´initie à l´art de la sorcellerie. Un autre, baptisé l´an dernier, n´a pratiquement jamais remis les pieds à l´église depuis qu´il est chrétien. Dans un de mes villages, où les chrétiens sont une minorité parmi les païens, les sorciers sont actifs et réussissent à troubler l´un ou l´autre chrétien, lui affirmant, lorsqu´il est malade, que seul le retour au culte des génies peut lui apporter la guérison. Heureusement, ces conseils perfides ne sont pas toujours écoutés.

Malades et blessés accaparent beaucoup de temps et obligent à de longs et fatigants déplacements. Parmi les malades que je soigne, un chrétien s´est brûlé, la figure, les mains et un genou. Je me suis déplacé pour lui trois fois, or, pour l´aller, il faut trois heures et demie de marche en montagne, et blessés ou malades de ce genre ne sont pas très rares.

Les nombreux païens qui m´environnent, que je rencontre chaque jour, qui viennent se faire soigner, ne sont point décidés à devenir chrétiens.

Voici un petit aperçu de mon secteur, qu´une fois de plus je recommande vivement à vos prières. Priez aussi pour moi, afin que le bon Dieu puisse accomplir par moi tout le bien qu´il désire accomplir.

[...] Je vous quitte, en vous disant que mes prières à toutes vos intentions sont plus fréquentes - et de combien ! - que mes lettres. Pas une journée ne se passe, sans que je parle de vous au Seigneur et à la Très Sainte Vierge, en qui je vous redis mon religieux dévouement.

Louis Leroy, o.m.i.

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013