Missionnaires Oblats de Marie Immaculée - Province de France

Il y a 100 ans... Les Oblats durant la guerre 14-18

Le recrutement

l'affiche de mobilisation générale

On a du mal à l'imaginer aujourd'hui mais en 1914, l'enthousiasme était grand et l'on se bousculait aux bureaux de recrutement.

On en a une petite idée par comparaison avec l'autre guerre, celle de 1939 où là, par contre, il n'y avait pas foule, ce dont témoigne le journaliste Roland Dorgelès dans son livre : "La drôle de guerre. 1939-1940". Il fait la comparaison avec 1914 :

"Vingt-cinq ans plus tôt, on avait dit à leurs pères : "Il faut délivrer l'Alsace-Lorraine" et tous s'étaient dressés ; cette fois on n'avait trouvé pour les enflammer que le nom de Dantzig, c'était trop loin, aussi étaient-ils partis sans entrain. Dès le premier jour, une comparaison s'imposa : en août 14, on s'écrasait aux bureaux de recrutement pour s'engager."

Chez les Oblats, cette fébrilité était également de mise, et l'on vint de loin pour défendre la patrie.

Désiré Bocquené (1884-1984)

Désiré Bocquené était parti en mission dans le grand Nord canadien en 1907. A la mobilisation générale, il rentra en France :

Un beau matin, il se présenta au recrutement du 116è de ligne à Vannes.
- Qui êtes-vous ?
- Désiré Bocquené.
- Vous êtes en retard !
- Je ne crois pas, mon capitaine !
- Alors d'où venez-vous donc ?
- Des environs du cercle polaire, en Amérique. Hier, j'ai débarqué à Bordeaux et je suis accouru ; je n'ai pas même pris le temps d'aller embrasser les miens que je n'ai pas vus depuis dix années"

- Mon Père, lui dit l'officier en l'enveloppant d'un long regard chargé d'émotion et de respect, mon Père, vous n'entrerez pas aujourd'hui à la caserne ; je ne le veux pas. Allez goûter quelques jours les joies de la famille ; allez embrasser vos vieux parents et, quand vous vous serez reposé près d'eux, revenez près de nous apprendre à servir la France.

Et voilà par quelle porte le P. Désiré Bocquené entra au 25è bataillon de chasseurs à pied.

Raoul Maingot (1863-1930)

Lui était en mission au Sud-Afrique depuis 1889.

"La guerre éclate ; il court au premier bateau en partance, s'embarque, voyage deux mois, arrive en France et se présente au bureau de recrutement.

dans une gare, le train est rempli de soldats. Sur la quai, une foule nombreuse se bouscule pour les saluer. Légende de la carte postale : dans toutes gares, le départ fut enthousiaste. C'est au cri de 'Vive la France' que tous ont répondu à l'ordre d'appel

- "Que voulez-vous, Monsieurs l'abbé ?
- Du service.
- Mais vous avez plus que l'âge ?
- Je crois bien : je vais avoir cinquante-cinq ans.
- Alors ?
- Alors ! il n'y a pas une petite place pour moi dans vos hôpitaux, dans vos ambulances, sur le front, à l'arrière, n'importe où ? Vous comprenez, j'arrive de l'extrêmité de l'Afrique méridionale et je n'entends pas rester ici les bras croisés pendant les autres se feront tuer pour la France."

On fit de ce Parisien maginifique un brancardier, un infirmier, un aumônier, dans maints pays, en France et jusqu'en Orient. Cet engagement lui vaudra, à la démobilisation, la citation suivante :

"S'est engagé à 55 ans pour la durée de la guerre et malgré un état physique précaire. A contracté la fièvre typhoïde au chevet des malades en 1915. Demande à faire partie de l'Armée d'Orient. Partage l'existence rude de ses camarades. Réclame le poste d'évacuation aux deuxièmes lignes à Emall, y contracte la dysenterie, refuse d'abandonner son poste, s'y maintient."

Pour certains pourtant, ce fut plus compliqué. Ainsi le P. Beaux, supérieur du petit séminaire de Jaffna à Sri Lanka. En plus des distances à parcourir pour arriver dans les temps, il fut retenu par la maladie ! Il rejoignit donc son dépôt avec du retard. Bilan : la prison !

Contact Hébergeur : Arsys © Missionnaires oblats de Marie Immaculée - Province de France - 2013